Tout savoir sur le CEL

24 décembre 2012 • FinanceAucun commentaire

Tout savoir sur le CEL

Le compte épargne logement ou CEL fait partie des solutions d’épargne défiscalisées. Plus souple que le Plan d’Epargne Logement (PEL), le CEL permet d’une part d’épargner sans bloquer son argent, d’autre part de bénéficier d’un prêt à taux avantageux.

Pourquoi ouvrir un CEL ?

Le compte épargne logement offre des avantages non négligeables, parmi lesquelles une épargne qui demeure disponible à tout moment, des intérêts exonérés d’impôt sur le revenu, un taux de rémunération de 1,50 % (au 1er juillet 2012), auquel vient s’ajouter une prime d’Etat en cas de prêt, enfin la possibilité de souscrire un prêt immobilier à un taux très avantageux (actuellement 3 % contre 4,2 % pour le PEL).

Comment fonctionne un CEL ?

Il suffit d’un versement initial de 300 euros pour ouvrir un compte épargne logement. Néanmoins, il faut savoir qu’un seul CEL est autorisé par personne, il ne faut donc pas en avoir ouvert un dans une autre banque. CEL et PEL sont cependant cumulables. Par ailleurs, si l’on envisage un projet immobilier à plusieurs, chacun des membres impliqués peut disposer d’un compte épargne logement.

Il s’agit d’un livret défiscalisé dans la mesure où les intérêts ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu (mais les prélèvements sociaux sont dus). Le montant maximum de placement est actuellement de 15 300 euros, auxquels viennent s’ajouter les intérêts acquis. Le montant minimal d’un versement est de 75 euros. En dehors de ces limites, les placements sont libres.

Le prêt immobilier du CEL

Une durée de 18 mois d’épargne est nécessaire pour pouvoir emprunter. Il est possible de souscrire un prêt allant jusqu’à 23 000 euros, en fonction des intérêts acquis, qui déterminent le droit au prêt. Les sommes empruntées peuvent être remboursées sur une durée allant de 2 à 15 ans. Lorsque l’on souscrit un prêt à l’issue d’un CEL, l’Etat verse une prime nette d’impôt sur le revenu. Elle peut atteindre un maximum de 1 144 euros.

Les prêts dérivant d’un CEL sont destinés à financer des travaux d’amélioration concernant la résidence principale : dans ce cas, vous souscrivez un prêt personnel. Le CEL peut aussi servir à la construction ou à l’achat de cette même résidence principale : vous souscrivez alors un prêt immobilier. On notera que ses principes découlent de la règlementation en vigueur depuis le 1er mars 2011.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *