Les trois piliers du diagnostic du cuir chevelu avec Pierre Bouhanna

17 février 2016 • SantéAucun commentaire

Les trois piliers du diagnostic du cuir chevelu avec Pierre Bouhanna

Ce dermatologue qui traite d’alopécie depuis des années a mis au point une méthode d’analyse complète avant d’envisager une quelconque chirurgie. Ce modèle unique permet d’avoir toutes les informations à sa disposition. Une seule approche ne permet pas d’avoir une vision globale et de développer un plan d’action qui montre des résultats suffisants.

La classification multifactorielle

Ce mode de diagnostic permet de comprendre la cause de l’alopécie. Elle peut être génétique et héréditaire mais peut aussi avoir d’autres causes. Le stress en fait partie comme les habitudes alimentaires. Au travers d’un questionnaire complet, Pierre Bouhanna sera en mesure de comprendre l’origine du problème.

Le tabac, l’alcool et l’état de santé général peuvent être des causes indirectes. Le questionnaire remis par ce chirurgien spécialisé comprend un grand nombre de domaines afin de cerner tous les éléments de la vie qui ont pu être des facteurs de la situation actuelle.

La mesure de la densité capillaire

avant-apres-greffe-cheveux

Avant de penser à une chirurgie ou de choisir la meilleure technique, il convient de mesurer le nombre de cheveux sains sur une superficie grâce au phototricogramme digital. Il est important de savoir que le résultat peut orienter vers l’utilisation d’une lotion ou de comprimés qui ont pour but de stimuler la pousse.

La chirurgie n’est envisagée qu’en dernier recours, lorsque les autres techniques n’ont pas apporté un résultat satisfaisant. Une analyse au microscope va permettre de déterminer dans quelle catégorie cette densité peut se classer afin de donner une idée précise.

L’efficacité des traitements

perte de cheveux

Après un trimestre, le dermatologue Pierre Bouhanna va constater les résultats et savoir s’il est possible de remettre en route le cycle de pousse des cheveux. Le nombre de follicules présents est un très bon indicateur. S’il est trop faible, la chirurgie sera envisagée via la PRP ou la greffe capillaire.

La PRP est intéressante pour utiliser ses propres ressources dans son intérêt. La greffe capillaire a pour sa part l’avantage d’être définitive. Les deux solutions seront présentées après le diagnostic en trois parties mis en place par Pierre Bouhanna.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *