La charte déontologique des lobbyistes français

24 décembre 2012 • EntrepriseAucun commentaire

La charte déontologique des lobbyistes français

Ce document élaboré par l’Association Française des Conseils en Lobbying  ou AFCL pose un cadre sur une activité encore mal connue, dont les dérives peuvent avoir des conséquences. Sa signature par les agences, comme celle d’APC, garantit une certaine éthique dans l’exercice de leur activité.

La réglementation de la profession

En premier lieu, l’AFCL s’est attachée à définir les termes exacts dans lesquels la profession doit être exercée afin de ne donner lieu à aucune déviance. En effet, détaillés en articles précis, le métier de lobbyiste a bien été étudié et tout point qui peut porter à controverse a fait l’objet d’une attention particulière.

Ainsi, une probité professionnelle est exigée afin de garantir que les agissements de chaque lobbyiste correspondent à un comportement acceptable et ne gêne pas le bon déroulement des décisions politiques. Dans ce cadre, l’activité de lobbyiste est incompatible avec l’exercice d’un mandat ou d’un poste en relation avec des institutions.

L’accent est fortement mis sur l’interdiction totale de rémunérer des élus ou des décideurs publics pour les faire changer d’avis. L’activité de lobbyiste doit rester dans le cadre d’une présentation orale des intérêts de ses clients sans qu’une influence ait été exercée afin de se faire entendre. Cependant, il s’engage auprès de ses clients à faire entendre leur voix.

Un souci de transparence

Afin que chaque agence de lobbying soit bien accueillie dans le cadre d’une prise de décision, il est indispensable que celui-ci se présente, indique quel est son client et quels sont les points sur lesquels il veut intervenir. Ainsi, sa place est clairement identifiée dès le départ et s’avère alors complètement transparente.

De même, elles ne possèdent pas de relations particulières avec les institutions et doivent respecter la procédure mise en place pour les approcher et travailler avec elles. Elles peuvent s’adresser à un interlocuteur particulier à condition que leur action ait été annoncée conformément au règlement.

Dans le même sens, un règlement intérieur strict a été élaboré pour chaque institution aussi bien nationale qu’internationale et au niveau des assemblées. Il ne s’agit pas de réduire le champ d’action des lobbyistes mais simplement de l’encadrer pour que cette pratique soit retenue pour son caractère indispensable car elle permet de mettre en concertation les différents avis et que l’on cesse de se poser des questions sur la façon dont ces professionnels exercent leur profession. Ceux qui sont en accord avec cette charte de déontologie, comme APC, pourront alors la signer.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *