Location avec option d’achat : les erreurs à éviter

25 août 2020 • FinanceAucun commentaire

Location avec option d’achat : les erreurs à éviter

« Différent d’un point par rapport au crédit classique, la location avec option d’achat permet surtout d’inciter le locataire à acheter le bien en convention. Généralement, on retrouve cette alternative dans le domaine de l’automobile. Le coût d’une voiture neuve pose problème à certains. Ainsi, une excellente occasion se présente à toute personne ou entreprise de payer une grande partie de la somme par des mensualités. À l’issue du contrat, le client peut acquérir le véhicule dont il a investi en s’acquittant du reste des frais non payés à l’aide des loyers. Nombreux sont les clients qui connaissent des problèmes avec cette manœuvre. Voici les erreurs à éviter lors d’un contrat de location avec option d’achat.

Ne pas considérer le kilométrage

Tous les véhicules proposés en location avec option d’achat (LOA) sont sanctionnés par une balise de parcours. C’est-à-dire que la voiture ne doit parcourir qu’en dessous de la valeur imposée par le loueur dans le contrat. En général, la distance maximale est limitée entre 10 000 à 20 000 km par an. Au-delà de ces chiffres, le locataire pourrait subir une facture supplémentaire. Ce qui va troubler l’investissement et aboutir à une perte, voire à la non-acquisition du bien.

Sous-estimer la durée du contrat

La date de levée d’option est la plus importante dans les règlements à suivre dans une convention de location avec option d’achat. Les services d’un leasing automobile sont d’une excellence hors pair, mais qui devra être respectée soigneusement. Si un client n’arrive pas à payer la totalité des loyers au terme du contrat, le loueur pourra lui imposer de tout payer les restes de la somme dans un délai extrêmement étroit. En plus, des frais supplémentaires peuvent accompagner le non-respect des conditions de la coopération de vente. Mieux vaut évaluer son budget avant de se lancer dans l’investissement.

Résilier le contrat précipitamment

Contrairement avec une offre de location longue durée où les voitures sont vouées à son acquéreur à sa levée d’option, la location avec option d’achat ne permet pas certaines accessibilités au locataire. D’abord, dans cette condition, il se peut que les deux parties se quittent à l’amiable à la fin du contrat. Ainsi, le véhicule loué revient auprès de son propriétaire. Mais rompre la clause avant sa date d’expiration conduit à des charges additionnelles pour le locataire s’il tente de mettre fin à l’accord. Des frais de résiliations allant jusqu’à 950 euros pourront être perçus.

Procéder à l’achat à la levée d’option

Acheter une voiture à la fin du contrat n’est qu’une perte de temps accompagnée d’une perte d’argent (voir ces conseils). Le timing parfait pour acheter un véhicule en location avec option d’achat est pendant le tiers du délai imposé. De cette façon, les mensualités ne sont pas encore accumulées. Avec ce type de contrat, le prix du véhicule est fixé au début de l’engagement et ne change pas tout au long de l’accord. Une raison pour laquelle actionner un achat au terme du contrat est une mauvaise idée. En plus, les garanties ne seront plus valides à cette période.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.